UA-67727204-1 UA-67727204-1


04/06/2012

Lac de Jouarres : du rififi entre les deux syndicats

DSC_0053.JPG

Un des deux pontons à la dérive !

Il est de notoriété publique que la cession des biens du lac de Jouarres du Syndicat mixte de la Basse Vallée de l'Aude (SMBVA) au Syndicat mixte d'aménagement du lac de Jouarres (SMAJ) ne s'est pas faite dans les temps ni dans des conditions optimales. En fait cette cession est toujours en suspens. Devant l'immobilisme des uns et la zizanie chez les autres, les deux syndicats se regardent en chiens de faïence. Le tribunal administratif de Carcassonne a été saisi ; le SMBVA a fait appel et le jugement est attendu aux environs du 10 juillet.

En attendant, l'entretien du site ne se fait pas ou alors avec des moyens dérisoires. Pour le moment, une entreprise d'Argeliers nettoie le site à l'aide tondeuses à gazon alors que les mauvaises herbes autour de l'étang de migration se montent à plus d'un mètre ! La saison estivale approche, il est donc temps d'en mettre un coup.

Qu'en est-il du contrat avec les pompiers d'Olonzac pour la surveillance de la plage ? Les vacanciers arrivent au fur et à mesure : attend-on le premier accident ou le premier noyé pour intervenir ? Depuis le début de l'hiver, deux pontons flottants (ils portent bien leur nom !) se baladent sur le lac au gré des vents. L'un est définitivement coincé dans les roseaux du côté de Pépieux et l'autre se promène près de la station de pompage. Les pompiers sauveront-ils ces pontons à la dérive ?

Au-delà des conflits d'intérêts et des mésententes, oublie-t-on qu'il y a des résidents promeneurs d'Homps et d'ailleurs qui fréquentent les promenades et le lac toute l'année ? N'ont-ils pas droit eux aussi à un site bien entretenu, exempts de mauvaises herbes. Un site à ne pas fréquenter avec un chien ni en short : bonjour les tiques, la maladie de Lime et la piroplasmose. D'autant que près de l'étang de migration, les serpents et les rats de toutes sortes se repaissent d'une végétation épaisse et touffue.

Comme c'est dommage qu'un site remarquable et très fréquenté, créé et financé par la collectivité, soit laissé à l'abandon !

Le long de l'étang de migration les mauvaises herbes atteignent le mètre!

DSC_1401.JPG