UA-67727204-1 UA-67727204-1


10/03/2013

Le 11 n'est pas le 34 : les pompiers ne se déplacent que dans leur département

DSC_0005.jpg

Le fossé près de l'étang où Chantal est restée plus d'une heure.

Le chien se noie, sa maîtresse voulant le sauver est piégée dans l'eau boueuse sans pouvoir en sortir par ses propres moyens.

Tout le monde connaît Chantal Rossin dont la maison située à Olonzac est pratiquement un refuge de la SPA. Elle vient plusieurs fois par jour promener ses 4 ou 5 chiens à Homps entre le lac de Jouarres et l'étang de migration.

Il pleut depuis trois jours, les terres sont détrempées, le gazon est glissant. Les environs sont sillonnés de fossés destinés à absorber les eaux lors des inondations et le trop-plein de l'étang. Certains sont profonds de plusieurs mètres, une eau stagnante sur de la vase y est présente en permanence surtout lorsqu'il pleut, les roseaux y poussent.

Mercredi 6 mars, un cavalier king-charles (Garou, 10 ans) glisse et se noie dans un fossé situé non loin du banc de bois le long de l'étang. Chantal, 70 ans, essaie de le secourir et glisse à son tour. Elle a de l'eau jusqu'à la poitrine (le fossé est profond de 2,20 m) et aucun moyen de sortir seule de l'eau boueuse. Pour le chien, il est trop tard, il s'est noyé. Chantal appelle les pompiers sur son portable. Ne les voyant pas venir, elle appelle un voisin proche à la rescousse. Celui-ci, Daniel De Smet, domicilié à Homps, prend le chien, puis arrive à sortir Chantal à l'aide de la laisse d'un chien. Chantal est à la limite de l'hypothermie, il pleut, la température est basse. Les 4 autres chiens ont patiemment attendu sur le bord : Rapido un teckel de 9 ans, Fanny un cocker américain de 9 ans, Rox un labrador aveugle de 14 ans et Veina, un rottweiller de 6 ans.

Les pompiers, prévenus dès 10 h 40, venus de Lézignan-Corbières (15 km) ont appelé Chantal sur son portable car ils ne trouvaient pas l'endroit. Ils sont arrivés plus d'une heure après l'appel, vers 11 h 55. L'accord entre la commune d'Homps et les responsables des pompiers héraultais n'est toujours pas signé à ce jour. Les pompiers de la caserne d'Olonzac (2 km) qui aurait été à pied d'œuvre en quelques minutes, n'ont pas été prévenus. D'autant plus que la victime habite Olonzac ! Une aberration administrative (le 11 n'est pas le 34) qui aurait pu avoir de lourdes conséquences si M. De Smet n'était pas intervenu immédiatement.

11:23 Publié dans Faits divers | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pompiers, noyade

28/12/2012

La traque de l'agresseur qui avait "puni" sa femme se poursuit

La traque du suspect se poursuit et l'individu - auteur d'un acte inqualifiable - a été inscrit au fichier des personnes recherchées de 'l'espace Schengen'. Contrairement à ce qui a été écrit par ailleurs, aucune information judiciaire pour acte de barbarie et torture n'a été ouverte.

Rappelons que l'agresseur, 36 ans, appartenant à la communauté gitane, a ligoté sa femme, âgée de 32 ans, l'a emmenée dans sa voiture et conduite dans une vigne, à l'écart d'Homps, c'était vendredi dernier. Là, il l'a rouée de coups, enflammant un tissu en proférant des insultes. Avant de jeter sur elle le tissu en feu, visant le bas-ventre. La femme, revêtue d'un pantalon moulant en matière synthétique, a été très grièvement brûlée aux cuisses et au vagin. Puis le mari a ramené son épouse à leur domicile, une impasse près de la grand-rue d'Homps, et il l'a enfin détachée. Il est ensuite parti au volant de sa voiture. La femme, elle, a trouvé refuge dans sa famille à Conques-sur-Orbiel, avant d'être admise à l'hôpital de Carcassonne.

L'enquête de cette affaire de violence conjugale aggravée n'est pas close. Ce père de famille, dont les antécédents judiciaires sont anciens, court toujours.

 

27/12/2012

Homps : il veut punir sa femme en la brûlant au bas-ventre

DSC_2691.jpg

Une partie des faits s'est déroulée dans cette petite rue.

C'est un cas de violence particulièrement grave qui est soumis aux gendarmes. La brigade de recherche de Narbonne recherche activement un homme qui a commis un acte d'une rare violence sur sa compagne. Le drame s'est déroulé vendredi dernier, peu avant 20 h, à Homps, au sein d'une famille appartenant à la communauté gitane et arrivée depuis peu au village. Un couple, une femme de 32 ans et un homme 36 ans, s'était disputé et il venait de se retrouver pour tenter une réconciliation quand le ton est monté d'un cran. L'homme a alors attaché sa femme, il l'a ensuite jetée dans la voiture pour l'entraîner dans une vigne. Là, il l'a rouée de coups, puis jeté sur elle un tissu enflammé, visant le bas-ventre. La malheureuse, qui portait un pantalon moulant en lycra, a été grièvement brûlée aux cuisses et au vagin. Puis, l'agresseur l'a ramenée à la maison, et il l'a détachée avant de prendre la fuite. C'est à cet instant qu'elle a alerté sa famille, se réfugiant chez les siens, dans le Carcassonnais, à Conques. Ces derniers ont immédiatement prévenu les secours et c'est ainsi qu'elle a été admise aux urgences de l'hôpital de Carcassonne, soignée pour de graves brûlures et de multiples contusions. "Ces faits, d'une violence extrême, sont odieux, scandaleux, admet David Charmatz, procureur de la République à Narbonne. Ils relèvent de violences conjugales qui sortent de l'ordinaire, car elles sont différentes de ce que l'on a, malheureusement, l'habitude voir très fréquemment ici, poursuit le procureur. Il n'y a pas de répétition, ni d'acte de sadisme particulier, la qualification est a priori de l'ordre du délit. L'enquête établira avec certitude la nature des faits et permettra de qualifier une violence avec arme ou pas. On attend également de connaître les conséquences sur la victime".

Acte de barbarie ?

Si le droit ne retient pas ce geste comme tel, la réalité oui. Car le fait de jeter un tissu enflammé sur son épouse et de brûler les parties génitales, dénote une volonté de punir. L'homme a vraisemblablement cherché à faire mal à l'endroit le plus sensible de la femme, à la fois physique et psychologique. Une cruauté inouïe que le Parquet devra apprécier. L'homme est en tout cas un fugitif traqué. Dimanche, un dispositif très important de gendarmes a investi Homps, et les techniciens en investigation criminelle du groupement de l'Aude étaient sur les lieux. Ils ont effectué des prélèvements dans la maison, et sur le lieu du drame. Les auditions de la famille se poursuivent. Inscrit au fichier des personnes recherchées, l'agresseur sait que, quoi qu'il fasse, il finira pas être retrouvé. Les gendarmes, eux, espèrent qu'il se rendra. En effet, la brigade de recherche en charge du dossier espère qu'il aura une attitude - enfin - responsable et qu'il viendra se présenter lui-même au plus vite.

L'agresseur de la femme brûlée en cavale

 image-d-illustration_268994_516x343.jpg

Image d'illustration PHOTO/NARBONNE PHILIPPE LEBLANC

La brigade de recherche de Narbonne est activement à la recherche d’un homme qui a commis un acte d’une rare violence sur sa compagne.  Le drame s’est déroulé vendredi à 20 h à Homps, dans la communauté gitane. Un couple, une femme de 32 ans et un homme 36 ans, s’était disputé et venait de se retrouver pour tenter une réconciliation quand le ton est monté d’un cran. L’homme a attaché sa femme, l’a jetée dans la voiture pour l’entraîner dans une vigne. Là, il l’a rouée de coups et a jeté sur elle un tissu enflammé, visant le bas-ventre. La femme, qui portait un pantalon moulant en lycra a été grièvement brûlée aux cuisses et au vagin. Puis l’agresseur a ramené la femme à la maison, l’a détachée et a pris la fuite.

La femme a alerté sa famille et s’est réfugiée chez les siens à Conques sur Orbiel. Ces derniers ont immédiatement prévenu les secours et elle a été admise aux urgences de l’hôpital de Carcassonne, soignée pour de graves brûlures et de multiples contusions. Dimanche, un dispositif très important de gendarmes a investi Homps, et les techniciens en investigation criminelle du groupement de l’Aude étaient sur les lieux, ils ont effectué des prélèvements dans la maison et sur le lieu du drame. Les auditions de la famille se poursuivent. Inscrit au fichier des personnes recherchées, l’agresseur sait que, quoi qu’il fasse, il finira pas être retrouvé. Les gendarmes espèrent qu’il se rendra.

 

Un homme recherché pour actes de torture sur sa compagne dans l' Aude

un-homme-recherche-pour-actes-de-torture-sur-sa-compagne-dan_268982_516x343.jpg

Image d'illustration PHOTO/AFP

Les gendarmes recherchent activement un homme en fuite soupçonné de s'être livré à des actes de torture et de barbarie sur sa compagne dans le village audois d'Homps après une dispute qui aurait mal tourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Le couple, récemment installé dans cette localité de 700 habitants sur le Canal du Midi  se serait disputé vendredi pour des raisons mal déterminées. L'homme aurait ligoté sa compagne, l'aurait traînée dans une vigne et lui aurait infligé des brûlures aux parties génitales, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

L'hôpital où elle a été admise a signalé l'affaire à la justice. Les faits ont été jugés assez graves pour être qualifiés d'actes de torture et de barbarie, quitte à ce qu'ils soient requalifiés ultérieurement, a dit le parquet de Narbonne. Le fuyard était toujours recherché mercredi matin.