UA-67727204-1 UA-67727204-1


27/12/2012

Homps : il veut punir sa femme en la brûlant au bas-ventre

DSC_2691.jpg

Une partie des faits s'est déroulée dans cette petite rue.

C'est un cas de violence particulièrement grave qui est soumis aux gendarmes. La brigade de recherche de Narbonne recherche activement un homme qui a commis un acte d'une rare violence sur sa compagne. Le drame s'est déroulé vendredi dernier, peu avant 20 h, à Homps, au sein d'une famille appartenant à la communauté gitane et arrivée depuis peu au village. Un couple, une femme de 32 ans et un homme 36 ans, s'était disputé et il venait de se retrouver pour tenter une réconciliation quand le ton est monté d'un cran. L'homme a alors attaché sa femme, il l'a ensuite jetée dans la voiture pour l'entraîner dans une vigne. Là, il l'a rouée de coups, puis jeté sur elle un tissu enflammé, visant le bas-ventre. La malheureuse, qui portait un pantalon moulant en lycra, a été grièvement brûlée aux cuisses et au vagin. Puis, l'agresseur l'a ramenée à la maison, et il l'a détachée avant de prendre la fuite. C'est à cet instant qu'elle a alerté sa famille, se réfugiant chez les siens, dans le Carcassonnais, à Conques. Ces derniers ont immédiatement prévenu les secours et c'est ainsi qu'elle a été admise aux urgences de l'hôpital de Carcassonne, soignée pour de graves brûlures et de multiples contusions. "Ces faits, d'une violence extrême, sont odieux, scandaleux, admet David Charmatz, procureur de la République à Narbonne. Ils relèvent de violences conjugales qui sortent de l'ordinaire, car elles sont différentes de ce que l'on a, malheureusement, l'habitude voir très fréquemment ici, poursuit le procureur. Il n'y a pas de répétition, ni d'acte de sadisme particulier, la qualification est a priori de l'ordre du délit. L'enquête établira avec certitude la nature des faits et permettra de qualifier une violence avec arme ou pas. On attend également de connaître les conséquences sur la victime".

Acte de barbarie ?

Si le droit ne retient pas ce geste comme tel, la réalité oui. Car le fait de jeter un tissu enflammé sur son épouse et de brûler les parties génitales, dénote une volonté de punir. L'homme a vraisemblablement cherché à faire mal à l'endroit le plus sensible de la femme, à la fois physique et psychologique. Une cruauté inouïe que le Parquet devra apprécier. L'homme est en tout cas un fugitif traqué. Dimanche, un dispositif très important de gendarmes a investi Homps, et les techniciens en investigation criminelle du groupement de l'Aude étaient sur les lieux. Ils ont effectué des prélèvements dans la maison, et sur le lieu du drame. Les auditions de la famille se poursuivent. Inscrit au fichier des personnes recherchées, l'agresseur sait que, quoi qu'il fasse, il finira pas être retrouvé. Les gendarmes, eux, espèrent qu'il se rendra. En effet, la brigade de recherche en charge du dossier espère qu'il aura une attitude - enfin - responsable et qu'il viendra se présenter lui-même au plus vite.

Les commentaires sont fermés.